C’est quoi les grandes bases de l’esthétique Paris France?

C’est quoi les grandes bases de l’esthétique Paris France?

Ceci peut être prouvé en considérant le problème suivant. C’est précisément d’une manière esthétique que la mode résout l’importante question de l’extraction du sens, même en l’absence de contenus pouvant être définis cognitivement. Elle le fait en insistant sur les éléments “tacites”, “incarnés”, “non-représentatifs” qui sont significatifs du point de vue perceptif, expressif et émotionnel

La mode en tant que question esthétique

De cette manière, elle compense par le cycle de l’obsolescence le manque de structures définies et stables. Dans la spirale de la mode, la consommation a lieu grâce à la contrainte de répéter l’expérience de la consommation elle-même car elle est émotionnelle et socialement agrégative, donc selon des coordonnées intrinsèquement esthétiques. Son but, bien que toujours lié à des préoccupations pratiques, n’est pas la satisfaction d’un besoin spécifiquement déterminable pour lequel le bien acheté serait simplement instrumental.

Pour cette raison, l’expérience de la mode, dans sa caractérisation qui diffère radicalement de la vision canonique de l’esthétique comme philosophie de l’art, devient paradoxalement paradigmatique des formes actuelles de l’expérience de l’art. En effet, aujourd’hui, les œuvres d’art sont achetées – tout comme les articles de mode – comme le gage d’une rencontre directe et émotionnelle avec ceux qui les ont produites plutôt que sur la base d’une appréciation formelle ou orientée vers le contenu, et donc “non pas pour des raisons conformistes ou spéculatives, mais pour des raisons émotionnelles et relationnelles” . Comme l’illustre penseur : ” Dans ce cas, l’achat exprime un lien personnel, un choix, une manière émotionnelle de se positionner dans un milieu. Il reflète un individualisme expressif et convivial ” (ibidem).

Deuxièmement, c’est sur le plan esthétique que la mode semble agir aujourd’hui comme une agence de construction des identités individuelles et sociales, en mettant l’accent sur les processus dominants d’esthétisation. En ce sens, elle peut être raisonnablement définie comme la matrice de cette diffusion de l’esthétique dans le quotidien qui caractérise notre époque. Cet aspect est généralement traité en l’éclairant négativement comme une simple aliénation marchande. Et pourtant, précisément dans la consommation de l’esthétique, la mode semble offrir une possibilité différente.

En conférant une valeur symbolique à un bien de consommation, la mode fait en sorte que la marchandise dépasse le simple domaine de la valeur d’échange. Les biens de la mode prennent momentanément (aussi) la valeur de la non-fongibilité. L’expérience que génère la mode ne vise donc pas quelque chose d’extérieur ; en tant que consommation de sa propre manifestation, c’est-à-dire en tant qu’hyperconsommation, elle prend la forme d’une expérience immersive dont les aspects deviennent alors partie intégrante d’un environnement de vie englobant l’organisme qui y participe. Elle dessine donc un projet d’identité individuelle et sociale auquel le consommateur se sent appartenir en vertu de ses compétences esthétiques, de son goût. C’est dans l’exercice (souvent tacite) de cette médiation que l’apparente immédiateté de la mode se constitue esthétiquement et est capable de configurer l’identité. Il est donc vrai que nous sommes plus que jamais orientés vers la valeur esthétique. Le fait est que cette valeur esthétique peut être régressive ou émancipatrice. Elle est régressive si elle ignore la dynamique sous-jacente, mais aussi si elle réprime la logique qu’elle suit. Elle est émancipatrice lorsqu’elle nourrit la réflexivité qui est immanente, dans la mesure où elle favorise la compétence du percepteur concernant la condition esthétique de sa propre vie quotidienne – exactement comme cela semble se produire dans le cas de la mode .

La mode a certainement à voir avec les processus de marchandisation

Elle  est donc un phénomène économique ; elle a certainement à voir avec le prestige public et est donc un phénomène social  ; elle a certainement à voir avec l’affichage de l’identité personnelle et est donc un phénomène psychologique ; elle a certainement à voir avec les systèmes de communication et d’expression culturelle et est donc un phénomène sémiotique, anthropologique, etc. Mais toutes ces fonctions sont rendues effectives dans et par une expérience gratifiante qui tend à être distinguée par des catégories comme la beauté, le style, le glamour et autres, à savoir par la valorisation d’un plaisir esthétique positif fondé sur l’appréciation partagée potentielle – on pourrait dire : requise – qui marque la sphère du goût. Voir ce site https://ladyparisienne.com/ pour en savoir plus !

Serge Stopyra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Read also x