Histoire du franc français

Histoire du franc français

L’histoire du nom de la monnaie française, le franc, commence à la fin de la bataille de Poitiers en 1356, dans le cadre de la guerre de Cent Ans entre la France et l’Angleterre. À la fin de la bataille, les Anglais victorieux ont capturé le roi de France Jean II le Bon et l’ont emmené en captivité à Londres. Au cours des années suivantes, les négociations pour la libération du roi français et la conclusion d’un traité de paix se sont poursuivies. Celui-ci fut conclu en 1360. Le traité de Brettini fixait une rançon de 3 millions de livres pour la liberté de Jean. En échange de Jean, les Anglais ont reçu son fils, le comte Louis d’Anjou et d’autres aristocrates. Après sa libération, Jean est retourné en France et a commencé à collecter des rançons. Pour ce faire, il ordonna la frappe d’une nouvelle pièce d’or de 24 carats pesant 3,885g. Le nom de la pièce vient des mots que Jean a écrits dans le décret pour la collecte de la grande rançon : “Nous avons été libérés de la prison, nous sommes” franc “(indépendants) et libres pour toujours !”

La production monétaire a eu lieu

A partir de là, les pièces de monnaie de mots frappées par Jean pour payer la rançon ont commencé à être appelées francs. Elles ont le poids de la livre. L’image qu’elles portent est celle d’un roi (probablement Jean) à cheval dans une scène de bataille. Dans la période précédant la Révolution française, diverses pièces portant le nom de franc ont été frappées, par exemple, en 1365, Charles V a créé le “franc à pied” (franc permanent), représentant le monarque debout, une épée à la main, et en 1422, Charles VII a émis le “franc à cheval”. À partir du 31 mai 1575, Henri III crée le “franc d’argent” (1575-1586, puis 1591-1594) et Henri IV découpe un quart de franc et un demi-franc à son effigie.

Les guerres menées par Louis XIV ont complètement ruiné le pays, tant sur le plan économique que financier. Une grande pénurie de métaux précieux commence à se faire sentir, ce qui entraîne une pénurie de pièces en circulation et l’émission de nouvelles pièces.

La première approche plus financière

Dans ce contexte, le régent Philippe d’Orléans nomme l’Écossais John Lowe (1671-1729) directeur financier de la France. À ce titre, Lowe fonde la Banque générale privée (1716), et commence à développer l’usage du papier-monnaie. Il fonde ensuite la Compagnie des Indes (23 mai 1719) avec le monopole du commerce dans toutes les mers et colonies de France. Cependant, le système imposé favorise la spéculation sur les actions de la Compagnie et augmente l’inflation. Vers la fin de l’année 1720, la “bulle” éclate lorsque les gens commencent à transformer en masse leur papier-monnaie et leurs actions en pièces. En 1726, la frappe de pièces nobles reprend pour tenter de stabiliser l’économie du pays. Cette année-là, des Louis d’or de 20 et 24 livres furent frappés. Et bien que dans les années qui suivent, on assiste à une stabilisation relative de la monnaie française, l’économie du pays est confrontée à un effondrement complet. La dette publique a plus que triplé sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, ce qui, au tournant du siècle, a poussé le pays dans une guerre civile dévastatrice connue sous le nom de Révolution française. Au tout début de la Révolution, la Convention a imposé un nouveau système monétaire dans le pays. Le système décimal fut adopté, et le foie commença à être divisé en 10 parties égales appelées desims, et chacune d’entre elles serait divisée en 10 autres parties égales appelées centimes.

En 1795, le franc français moderne est né.

Cette année-là, la première émission de 5 francs a été émise, une pièce en argent avec un échantillon de 0,900 et un poids de 25g. Au début du XIXe siècle, une dizaine d’émissions de cette dénomination ont été réalisées. Au début du 19e siècle, la France a commencé à se transformer d’une République en un Empire. Napoléon mène des guerres spectaculaires et victorieuses en Europe et soumet ennemi après ennemi. En 1802-1803, des pièces d’argent de ½, 1 et 2 francs portant le portrait du nouvel empereur d’Europe – Napoléon Bonaparte – ont été ajoutées à la pièce de 5 francs déjà existante. Ainsi, le franc est resté le nom de la monnaie française pendant deux siècles, jusqu’en février 2002, date à laquelle il a été remplacé par la monnaie commune européenne – l’euro. Un article proposé par https://inp-finanz-romandie.ch/financement-immobilier/

Serge Stopyra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Read also x