La naissance du Tour de France, il y a 110 ans

La naissance du Tour de France, il y a 110 ans

Le 1er juillet 1903, 60 hommes enfourchent leur bicyclette devant le Café au Réveil Matin dans la banlieue parisienne de Montgeron. Les cinq douzaines de cyclistes étaient pour la plupart des Français, avec juste une poignée de Belges, de Suisses, d’Allemands et d’Italiens. Un tiers était des professionnels sponsorisés par les fabricants de vélos, les autres étaient simplement des passionnés de ce sport. Mais les 60 rouleurs étaient tous unis par le défi de se lancer dans une épreuve d’endurance sans précédent – sans parler des 20 000 francs de prix – lors du premier Tour de France.

À 15h16, les cyclistes ont tourné les pédales de leur vélo et ont couru vers l’inconnu.

Rien de tel que le Tour de France n’avait jamais été tenté auparavant. Le journaliste Geo Lefevre avait imaginé cette course fantaisiste comme une cascade pour augmenter le tirage de son quotidien sportif, L’Auto, qui est en difficulté. Henri Desgrange, le directeur-rédacteur en chef de L’Auto et lui-même ancien champion cycliste, aimait l’idée de transformer la France en un vélodrome géant. Ils ont développé une boucle de 1 500 miles dans le sens des aiguilles d’une montre, reliant Paris à Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes avant de revenir dans la capitale française. Il n’y avait pas de montées alpines et seulement six étapes – contrairement aux 21 étapes du Tour 2013 – mais les distances parcourues dans chacune d’elles étaient monstrueuses, en moyenne 250 miles. (Aucune étape du Tour 2013 ne dépasse 150 miles.) Entre une et trois journées de repos ont été prévues entre les étapes pour la récupération.

1903-tour-de-france

Le premier Tour de France, en juillet 1903.
La première étape de cette course épique est particulièrement sordide. Le parcours de Paris à Lyon s’étend sur près de 300 miles. Sans doute plusieurs des coureurs qui s’éloignent de Paris ne se préoccupent-ils pas de gagner la course, mais de la survivre.
Contrairement aux coureurs d’aujourd’hui, les cyclistes de 1903 roulaient sur des routes non pavées sans casque. Ils roulaient en tant qu’individus et non en tant que membres d’une équipe. Les coureurs ne pouvaient recevoir aucune aide. Ils ne pouvaient pas glisser dans le sillage de leurs compagnons de route ou de véhicules de toute sorte. Ils roulaient sans voiture d’assistance. Les cyclistes étaient responsables de leurs propres réparations. Ils roulaient même avec des pneus de rechange et des chambres à air enroulées autour de leurs torses au cas où ils développeraient des crevaisons.
Et contrairement aux coureurs d’aujourd’hui, les cyclistes du Tour de France de 1903, contraints de couvrir d’énormes étendues de terre, ont passé une grande partie de la course à rouler la nuit, le clair de lune étant le seul guide et les étoiles les seuls spectateurs. Au petit matin de la première étape, les officiels de la course ont rencontré de nombreux concurrents “qui roulaient comme des somnambules”.

Heure après heure pendant la nuit, les coureurs ont abandonné la course.

L’un des favoris, Hippolyte Aucouturier, a abandonné après avoir développé des crampes d’estomac, peut-être à cause des gorgées de vin rouge qu’il a prises comme version d’un améliorateur de performance du début des années 1900.
Vingt-trois coureurs ont abandonné la première étape de la course, mais l’homme qui a traversé la nuit plus vite que les autres était un autre favori d’avant course, le professionnel de 32 ans Maurice Garin. Ce Français moustachu a travaillé comme ramoneur pendant son adolescence avant de devenir l’un des meilleurs cyclistes français. Caché dans la boue, le petit Garin a franchi la ligne d’arrivée à Lyon un peu plus de 17 heures après le départ en dehors de Paris. Malgré la longueur de la course, il n’a gagné qu’à une minute près.
Le “petit ramoneur” a pris de l’avance au fur et à mesure de la course. À la cinquième étape, Garin avait deux heures d’avance. Lorsque son plus proche concurrent a eu deux crevaisons et s’est endormi en se reposant sur le bord de la route, Garin a remporté l’étape et le Tour a été pratiquement gagné.
La sixième et dernière étape, la plus longue de la course, a débuté à Nantes le 18 juillet à 21 heures, afin que les spectateurs puissent voir les coureurs arriver à Paris en fin d’après-midi le lendemain. Garin s’est attaché à un brassard vert pour signifier sa position de leader de la course. (Le célèbre maillot jaune porté par le leader de la course n’a été introduit qu’en 1919). Une foule de 20 000 personnes dans le vélodrome du Parc des Princes acclame la victoire de Garin, qui remporte l’étape et le premier Tour de France. Il a battu le boucher stagiaire Lucien Pothier de près de trois heures dans ce qui reste la plus grande marge de victoire de l’histoire du Tour. Garin a passé plus de 95 heures en selle et a atteint une moyenne de 15 miles par heure. Au total, 21 des 60 coureurs ont terminé le Tour, le dernier coureur ayant plus de 64 heures de retard sur Garin.
Pour Desgrange, la course a été un succès incontestable. Le tirage des journaux a été multiplié par six pendant la course. Cependant, un problème chronique qui allait perpétuellement tourmenter le Tour de France était déjà présent dans la tricherie de la course inaugurale. La violation des règles a commencé dès la première étape, lorsque Jean Fischer a utilisé illégalement une voiture pour le dépasser.

Un autre coureur a été disqualifié lors d’une étape suivante pour avoir roulé dans le sillage d’une voiture.

Mais cela n’est rien comparé à l’activité malveillante de l’année suivante, lors du Tour de France de 1904. Alors que Garin et un autre coureur traversaient Saint-Étienne à vélo, les fans du coureur local Antoine Faure formèrent un blocus humain et battirent les hommes jusqu’à ce que Lefevre arrive et tire un coup de pistolet pour briser la mêlée. Plus tard dans la course, les fans qui protestaient contre la disqualification d’un coureur local ont placé des punaises et du verre brisé sur le parcours. Les coureurs n’ont guère mieux réagi. Ils ont fait de l’auto-stop dans l’obscurité et ont illégalement demandé de l’aide à des étrangers. Garin lui-même a été accusé de s’être procuré illégalement de la nourriture pendant une partie d’une étape. Le scandale est tel que quatre mois plus tard, Desgrange disqualifie Garin et les trois autres premiers de la course. Bien entendu, ce ne serait pas la dernière fois qu’un vainqueur du Tour serait dépouillé de son titre.

Serge Stopyra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Read also x