L’argent et la monnaie

L’argent et la monnaie

Le but de cette contribution est d’étudier différents aspects de la monnaie médiévale sous ses deux formes, comme unité de valeur et comme moyen de paiement. Après une introduction générale sur les caractéristiques de la monnaie médiévale, nous examinerons les types de monnaie, y compris les formes de paiement non monétaires, les causes qui expliquent l’introduction et l’utilisation de chaque moyen de paiement, et j’indiquerai très brièvement les problèmes générés par la relation entre les différents types de monnaie.

Définition et types de monnaie

L’argent est par essence un concept, une unité de valeur abstraite qui sert d’équivalent universel pour comparer tout bien ou service avec tous les autres. D’un point de vue logique, le concept d’argent doit précéder toute réalité monétaire physique, mais pour être pleinement efficace, pour pouvoir agir, l’argent en tant que concept doit être rendu vivant par sa matérialisation dans un objet que la communauté accepte comme argent. Sous cette double forme, l’argent remplit les trois fonctions considérées comme fondamentales pour sa caractérisation et sa définition : être une unité de compte, un moyen d’échange (monnaie) et une réserve de valeur. Nous pensons qu’il faut y ajouter une quatrième fonction : être un instrument de commerce par le crédit1.
Les objets utilisés comme monnaie ont varié dans l’espace et le temps, mais on peut les réduire à deux classes : les biens qui ont une valeur intrinsèque (monnaie réelle) et les symboles (coquillages, pierres, papier imprimé, pièces de métal), dont la valeur intrinsèque est inférieure à leur valeur en tant que monnaie, de sorte qu’ils reçoivent le nom de monnaie fiduciaire.
Bien que, comme nous le verrons, il existe d’autres types de monnaie effective, au Moyen-Âge, sa forme la plus courante était la monnaie fiduciaire. Elle pouvait être émise soit par l’autorité locale, soit par une autorité externe ; elle pouvait être actuelle ou ancienne ; elle pouvait être constituée de spécimens en bon ou mauvais état et pouvait même s’étendre à de la fausse monnaie ou de la fausse monnaie (à condition que la tromperie n’ait pas été découverte) ou à des pièces usées ou endommagées. En outre, la notion de monnaie pouvait prendre la forme de monnaie de compte, sans existence physique ; dans ce cas, il s’agissait uniquement d’une unité de valeur, utile pour le comptage ou la comptabilité mais non utilisée directement comme moyen d’échange ou d’épargne.

Caractéristiques générales de la monnaie médiévale

Les principales caractéristiques à garder à l’esprit pour comprendre le fonctionnement et l’évolution de la monnaie médiévale sont :
1. les métaux nobles (argent et or), base des systèmes monétaires médiévaux, ont presque toujours été insuffisants pour répondre aux besoins de la demande de monnaie
2. Il y avait de grandes différences dans la disponibilité et la distribution temporelle, spatiale et sociale de la monnaie
3. La valeur de chaque pièce dépendait du type de métal utilisé et des paramètres connus de la norme de poids, du nombre de pièces frappées et de la finesse.
Chaque pièce avait trois valeurs monétaires – la valeur intrinsèque du métal frappé, la valeur légale attribuée par l’autorité émettrice et la valeur marchande – bien qu’en règle générale, ces trois valeurs ne différaient guère. La valeur légale était presque toujours supérieure à la valeur intrinsèque, en raison des coûts de frappe (“brassage”) et aussi de la taxe que l’autorité de frappe percevait sur les pièces pour son propre compte (“seigneurage”).
4. Ce n’est que lorsque la valeur légale dépassait sensiblement la valeur intrinsèque qu’une valeur marchande distincte apparaissait, ce qui tendait à réduire la différence entre les deux autres.
5. Les pièces circulaient avec peu de restrictions en dehors du territoire de l’autorité émettrice.
La diversité des pièces locales et étrangères circulant sur un territoire donné explique la nécessité d’une monnaie de compte.

Moyens de paiement médiévaux

Échanges non monétaires
Depuis le début du 5e siècle, l’économie de l’Europe occidentale est entrée dans un état de prostration économique et monétaire, avec des échanges limités et une mauvaise circulation de la monnaie
6. cependant, les concepts de monnaie et de prix ont toujours été présents, bien qu’ils aient été réduits au minimum à certains moments et en certains lieux
7. Le troc, qui est considéré comme la forme d’échange la plus simple, est apparu au cours des premiers siècles du Moyen-Âge dans des zones marginales
8. Mais il a été clairement influencé par la notion de monnaie, comme le soutient un expert qui affirme que tout échange est en fin de compte un troc
9. “six mesures de céréales, de la literie, une tunique ou une chemise, deux béliers, quatre fromages”.
10. En fait, les mots “vente” ou “prix” apparaissent souvent dans les documents dans lesquels un avantage ou un bien est échangé contre un autre avantage ou bien.
11. L’étape suivante du troc est le paiement au moyen de certains biens qui fonctionnent comme une monnaie standard dans une certaine société, sans aucune mention de prix. Il s’agit d’un équivalent monétaire partiel, même avec une certaine gradation en fonction de la valeur des biens achetés, d’un bœuf ou d’un cheval pour les gros paiements à une mesure de blé, un mouton ou une livre de cire pour les paiements moyens, ou une miche de pain pour les petits paiements.
12. Cependant, la façon la plus courante d’effectuer des paiements non monétaires consistait à fixer le prix en monnaie et à indiquer le paiement “in rem valentem” ou “res valentes”, qui peut ou non être déclaré (“bove uno valente”). Dans ce sens, tout bien peut être utilisé comme moyen de paiement.
13. Parfois, un débiteur avait le choix d’effectuer un paiement en monnaie ou en un bien particulier, avec des expressions telles que “quem habuero” (“ce que j’aurais”) ; le bien devait être considéré dans ce cas comme un équivalent acceptable.
14. Les paiements en nature ont persisté pendant longtemps, même dans les sociétés où l’utilisation de la monnaie était répandue : en Catalogne, par exemple, au XIe siècle, les paiements en nature représentaient encore 27 % d’un échantillon de documents étudié.
15. En fait, ces pourcentages sont certainement sous-estimés : la mention “in rem valentem” indique un paiement en espèces, mais l’expression d’un prix en monnaie n’exclut pas que le paiement soit effectué en espèces.
16. La quantification monétaire a rempli le rôle d’expression de la valeur, non nécessaire comme moyen de paiement.

Object-Coins

Jusqu’à la fin du VIIIe siècle, il y avait des pièces de monnaie mais pas de système monétaire : la monnaie rare était principalement constituée de pièces d’or impériales ultérieures (solidi ou aurei constantiniens), généralement très usées, et de trientes, théoriquement un tiers du solidus, frappées par les monarques barbares, les autorités locales et même des orfèvres privés
17. En comptes limités et émissions très diverses
18. De telle sorte qu’elles ne peuvent être considérées comme des unités de valeur, mais des poids de métal noble. Pièces et marchandises pouvaient être mêlées dans un même paiement, que le montant total à payer soit ou non indiqué : la monnaie était alors plutôt considérée comme une marchandise
19. Les pièces remises ne constituaient certainement pas une valeur monétaire fixe, mais plutôt un poids en métal. Voir http://annuaire.costaud.net/22934-credit-pour-achat-immobilier-inp-finanz-partout-suisse.html pour en savoir plus !

Serge Stopyra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Read also x