Les secrets que vous devez connaître pour vous remettre d’une chirurgie du nez

chirurgie-du-nez

Lorsque l’occasion s’est présentée de faire une rhinoplastie (terme non spécialisé : une rhinoplastie) pour corriger un nez cassé par des violences domestiques, j’ai sauté sur l’occasion de retrouver mon ancien visage. Le résultat a été excellent – merci mon Dieu – mais la guérison ? Je n’ai pas tellement aimé.

J’avoue avoir regardé un peu trop d’émissions chirurgicales à la télévision, où un médecin prend littéralement un marteau et un ciseau sur le visage d’un patient au nom de la rhinoplastie et où mes entrailles reculent de peur. Donc, malgré ce que mon médecin (et une bonne majorité des critiques en ligne) a dit, je m’attendais à 100% à me réveiller avec l’impression d’avoir d’abord heurté le visage d’un camion à ordures.

Secret n°1 : J’avais tort. Le rétablissement n’a pas fait aussi mal que je l’espérais.

Avant l’opération, mon médecin m’avait dit à plusieurs reprises que je n’aurais probablement pas besoin d’analgésiques, que la majorité de ses patients n’en avaient pas besoin, mais j’étais trop occupée à me repasser des scènes d’opération Extreme Makeover dans ma tête pour vraiment écouter ce qu’ils disaient.

La chirurgie elle-même va vite grâce à la merveilleuse sieste médicalement induite qu’ils vous font faire. Une minute, vous êtes nerveusement assis dans la zone de triage et l’instant d’après, on vous met en position assise dans la salle de réveil. Comme prévu, je ne me sentais pas trop à l’aise sur le chemin du retour de l’hôpital, mais après quelques heures à la maison, j’étais choqué… je me sentais bien. Je n’avais plus besoin du Vicodin prescrit par mon médecin ni même d’un Tylenol, d’ailleurs.

Visitez aussi : http://www.choixdunet.fr/docteur-riccardo-marsili-paris-15395_1_1973.html

Mes médecins avaient raison : la rhinoplastie ne faisait pas si mal que ça. Cependant, avant de vous inscrire pour vous faire redresser le nez…

Secret n°2 : Bien que se remettre d’une rhinoplastie ne soit pas douloureux, c’est ridiculement inconfortable.

Avez-vous déjà eu un rhume au point de penser que votre tête pourrait exploser parce que vos oreilles et votre nez étaient tellement bouchés que vous pouviez à peine entendre ou sentir ? Imaginez cela x 1 000.

J’aurais volontiers percé un trou dans mon front juste pour relâcher la pression et la congestion de l’emballage chirurgical interne (qui est en fait un emballage conçu pour arrêter le saignement et donner à votre nez le temps de se fixer. C’est comme si vous aviez des tampons, un applicateur et tout le reste, dans vos sinus). Lors de la consultation pré-chirurgicale, on m’avait prévenu que le tamponnement interne était la partie la plus inconfortable, mais là encore, je ne les ai pas écoutés parce que j’étais trop occupé à m’assurer qu’ils me prescrivaient des analgésiques.

J’aurais dû les écouter.

La congestion intense est un euphémisme ; elle donne un nouveau sens au mot inconfortable. J’aurais aimé que mes médecins me conseillent de faire des réserves d’aliments mous, car même si techniquement je pouvais mâcher, j’avais peur de m’étouffer en essayant de le faire tout en respirant par la bouche.

Je n’ai pas non plus réalisé à quel point je me fiais à mon odorat jusqu’à ce qu’on me retire ce sens. Ce lait est-il vieux ? Ce yaourt est-il censé être corsé ? Et si la maison est en feu et que les détecteurs de fumée ne fonctionnent pas ? (Vous avez beaucoup de temps pour les pensées irrationnelles pendant que vous êtes coincé à la maison, en train de vous remettre). Il est difficile de manger, de respirer et, étonnamment, d’entendre car l’emballage peut vous boucher les oreilles. Oh, et comme vous ne pouvez pas porter de lunettes après l’opération, il se peut que vous ne voyiez pas non plus, selon la mauvaise qualité de votre vision. En gros, ça craint.

Secret n°3 : Personne ne parle de ce qui se passe quand vous ne pouvez pas fermer la bouche (puisque c’est la seule façon de continuer à respirer).

Dans mes recherches préalables à la rhinoplastie, j’ai lu que de nombreuses personnes se plaignaient d’avoir la gorge et la bouche sèches lorsqu’elles essayaient de dormir. J’ai donc installé plusieurs humidificateurs autour de mon lit à l’avance, en espérant que la vapeur calmerait le désert du Sahara qui était ma gorge. Vous vous souvenez que j’ai dit que faire ses valises était misérable (voir n° 2) ? Cela paraissait par rapport au fait de me réveiller toutes les cinq minutes pendant des jours entiers parce que ma gorge brute criait pour de l’eau, de la pluie, un crachat d’étranger, TOUTE LUBRIFICATION.

Secret n°4 : Lorsque l’emballage interne sort 3 à 5 jours plus tard, c’est la chose la plus dégoûtante mais aussi la plus merveilleuse que vous ayez jamais vécue.

Lorsque le médecin a retiré le coton et le plastique chirurgical de mes cavités sinusales, par le nez, j’ai pratiquement crié : Oui, oui, OUI ! Juste parce que je savais que la pression serait enfin soulagée.

Après cela, le médecin passe l’aspirateur à l’intérieur de votre nez. Non, je ne plaisante pas.

Sandro De Marco

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Read also x